Au cours de la dernière semaine d’octobre, les États membres de l’ONU se sont réunis à Genève pour poursuivre les négociations sur un nouveau traité qui réglementerait les activités des entreprises transnationales en vertu du droit international des droits de l’homme. Ce groupe de travail intergouvernemental à composition non limitée (IGWG) a été créé en 2014 par le Conseil des droits de l’homme, reconnaissant que les entreprises sont parmi les principaux moteurs des violations des droits de l’homme dans le monde.

Franciscans International a participé activement aux neuf sessions du GTIG à ce jour, en fournissant à la fois une expertise technique et en offrant une plateforme aux partenaires afin que leurs expériences de première main puissent éclairer les négociations. Dans le passé, nous avons accueilli des Franciscains et d’autres défenseurs des droits de l’homme pour qu’ils témoignent de l’impact des activités commerciales sur leurs communautés, souvent avec des conséquences étendues et intergénérationnelles.

Les négociations commencent sérieusement

 Au début de la 9e session, plusieurs États ont soulevé des questions et des préoccupations concernant le processus par lequel le quatrième projet révisé – le texte proposé en cours de négociation – a été élaboré. Il s’agissait notamment de l’incorporation de certaines des 2022 propositions controversées faites par la présidence, ainsi que de l’absence de contributions intersessionnelles de la part de la région africaine.

Suite à l’accord sur l’affichage du quatrième projet révisé en format « propre » et « suivi des modifications » pendant la session, les négociations se sont poursuivies et ont couvert le préambule et les articles 1 à 3 au cours de la semaine. La session a vu une large participation des États, ainsi que de nombreux États qui n’avaient pas encore rejoint les négociations.

Bien qu’il s’agisse d’un signe encourageant, il existe toujours un désaccord fondamental entre les États sur le champ d’application du traité et sur les types d’entreprises qu’il devrait couvrir. De grands intérêts financiers étant en jeu, certains États et certaines entreprises ont tenté à plusieurs reprises d’affaiblir le texte. FI a présenté et participé à des déclarations orales, notamment en tant que membre des coalitions ESCR-Net et Feminists for a Binding Treaty.  Tout au long des négociations, nos interventions se sont concentrées sur la nécessité d’inclure un langage robuste qui établira des outils actionnables pour répondre à la réalité à laquelle de nombreuses communautés sont confrontées à la base.

Les voix de la base

Nous avons également coparrainé deux événements parallèles. Le premier événement, « Une discussion interrégionale pour mettre en lumière les questions clés que le traité peut aborder d’un point de vue féministe », a réuni un membre du personnel de FI et une sœur franciscaine du Mozambique, qui a discuté de la pertinence du futur traité dans les situations de conflit sur la base de son expérience de soutien aux personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays. Un deuxième événement, portant sur des cas concrets de violations des droits de l’homme et d’écodestruction, a permis d’examiner comment ces exemples abordaient des dispositions spécifiques du traité proposé, notamment ses dispositions relatives à la prévention, à l’accès à la justice et à la responsabilité. 

Pour aller de l’avant, le rapport du président-rapporteur propose une série de recommandations, notamment la présentation d’une décision de procédure au Conseil des droits de l’homme demandant des ressources humaines et financières supplémentaires pour soutenir le processus, la tenue de consultations intersessions sur la méthodologie et la convocation de « consultations thématiques intersessions et interrégionales » sur le projet de traité. 

FI continuera à suivre de près le processus et à contribuer activement, dans la mesure du possible, aux réunions intersessions et aux autres occasions de consultation.

Il s’agit d’une traduction automatique. Nous nous excusons pour les erreurs qui auraient pu en résulter. En cas de divergence, la version anglaise fait foi.

Franciscans International est extrêmement préoccupé par la violence qui s’est emparée de la Terre Sainte ces dernières semaines, et nous nous joignons aux appels lancés par le Pape François et le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres pour un cessez-le-feu immédiat. Nous notons également que l’Assemblée générale des Nations unies a soutenu à une écrasante majorité une résolution exigeant une trêve humanitaire et la « libération de tous les civils qui sont illégalement retenus en captivité », ainsi que les déclarations urgentes publiées par un certain nombre d’agences, de fonctionnaires, et d’experts de l’ONU sur la situation humanitaire catastrophique à Gaza.

Nous nous joignons au frère Massimo Fusarelli, ministre général des Frères mineurs, et aux frères franciscains de la Custodie de Terre Sainte, dans leur appel à prier pour la paix et à la « semer par des gestes concrets ».  

.

« Cessez le feu. La guerre est toujours une défaite – toujours, toujours ! »

Pape François

.

FI réaffirme que le droit international humanitaire ainsi que les droits humains doivent être respectés, et que le ciblage aveugle des civils ne peut en aucun cas être toléré. Les allégations d’atrocités de masse doivent faire l’objet d’enquêtes indépendantes, et toute personne violant ces principes fondamentaux doit être tenue pour responsable devant un tribunal, sans exception. En conséquence, nous saluons la récente visite du procureur de la Cour pénale internationale au point de passage de Rafah et nous l’exhortons à prendre les mesures qui s’imposent dans le cadre de son mandat. Plus généralement, tous les États doivent remplir leurs obligations en vertu du droit international et prendre des mesures concrètes pour assurer la protection des populations civiles.

.

« L’enfer est visible sur les images des morts et des blessés, de la destruction des maisons, des églises et des mosquées, des hôpitaux, des écoles. Nous l’entendons avec les sirènes d’alerte en arrière-plan. Nous le ressentons dans l’air lourd qui sent la mort et la souffrance. Les victimes innocentes de cette guerre ne méritent pas l’enfer sur terre qu’elles vivent ».

Frère Ibrahim Faltas OFM, Vicaire de la Custodie de Terre Sainte, sur la situation à Gaza

.

Comme l’a écrit le 24 octobre le patriarche latin de Jérusalem, S.E. Pierbattista Pizzaballa, il est de notre devoir moral de condamner sans équivoque cette violence. Comme il le souligne, ce n’est « qu’en mettant fin à des décennies d’occupation et à ses conséquences tragiques […] qu’un processus de paix sérieux pourra commencer ». Témoins des événements de ces dernières semaines, nous nous faisons l’écho du cardinal Pizzaballa pour dire que « la tragédie de ces jours doit nous conduire tous, religieux, politiques, société civile, communauté internationale, à un engagement plus sérieux à cet égard que ce qui a été fait jusqu’à présent ».

Thumbnail under Creative Commons license

Plus de vingt ans après la fin du conflit armé interne, le Guatemala souffre encore de ces décennies de violence extrême et de discrimination à l’encontre des communautés autochtones. L’impunité rampante et la corruption généralisée dans les hautes sphères du pouvoir persistent. Le pouvoir judiciaire joue un rôle important dans le musellement de la dissidence en bloquant les enquêtes sur la corruption et les violations des droits humains, et en poursuivant arbitrairement les journalistes et les juges indépendants. Le pays est également devenu l’un des endroits les plus dangereux pour les défenseurs des droits humains, qui sont régulièrement surveillés, criminalisés, harcelés et, dans certains cas, tout simplement tués. En août 2023, le candidat anticorruption Bernardo Arevalo a remporté de manière inattendue les élections présidentielles, redonnant espoir à la population. Mais depuis lors, le bureau du procureur général a cherché à délégitimer les résultats, ce qui a déclenché des manifestations dans tout le Guatemala. 

Dans ce contexte, nous avons rencontré Brenda Peralta, coordinatrice de la Commission Justice, Paix et Intégrité (JPIC) de la Famille franciscaine du Guatemala, membre du comité de plaidoyer du Réseau franciscain pour les migrants (FNM) et coordinatrice de l’initiative Causas Raíz au Guatemala. Nous avons discuté de la situation dans son pays et de la manière dont elle envisage son travail pour plus de justice.


Quels sont les principaux problèmes en matière de droits humains au Guatemala ?

Ces dernières années, le « pacte des corrompus » – un groupe d’élites puissantes liées au crime organisé – a sapé l’État de droit, avec des attaques systématiques contre des fonctionnaires de justice indépendants ainsi que la criminalisation d’activistes, de dirigeants autochtones et de journalistes. Après avoir dénoncé la corruption aux plus hauts niveaux du gouvernement, la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (CICIG), soutenue par les Nations unies, a été chassée du pays. Les communautés autochtones sont également souvent expulsées de leurs territoires, ce qui entraîne des déplacements internes et d’autres violations des droits humains. Le problème de ces terres est qu’elles ont été volées pendant le conflit armé interne, lorsque la population s’est exilée, et que les familles puissantes et les militaires ont transféré frauduleusement les titres de propriété à leur nom. Après les accords de paix de 1996, les gens sont retournés sur leurs territoires, mais aujourd’hui, ceux-ci sont récupérés par les propriétaires supposés avec l’aide du gouvernement et des groupes paramilitaires qui veulent les utiliser pour la production d’huile de palme, l’extraction minière et les projets hydroélectriques.

Qu’est-ce qui vous a incité à travailler sur ces questions et quel est le lien avec votre vocation franciscaine ?

J’ai rencontré les Franciscains pendant mon adolescence. Ils m’ont aidé à prendre conscience de ce qui se passait dans mon pays à l’époque, c’est-à-dire pendant les dernières années du conflit armé interne. Cependant, ce n’est que bien des années plus tard que j’ai connu la Commission JPIC. Leur engagement à prendre soin de notre maison commune et à la construction d’un monde meilleur pour tous est devenu un mode de vie pour moi. Nous cherchons à sensibiliser les communautés franciscaines religieuses et séculières aux problèmes sociaux et politiques et à la manière dont ils nous affectent. Nous essayons également de montrer l’importance de la solidarité et comment la participation politique et citoyenne contribue à créer des solutions.

Quels sont les principaux défis de votre travail ?

Je pense que l’un des principaux défis est la coordination de notre objectif commun, qui est de changer les structures injustes. Beaucoup a déjà été réalisé au niveau régional, avec l’Amérique centrale et le Mexique, mais il reste encore à faire. Nous travaillons sur de nombreux fronts simultanément pour pouvoir observer des changements. Cela peut être difficile, mais je le fais avec plaisir parce que c’est par conviction. Un autre défi consiste à encourager la défense des intérêts de la famille franciscaine. En effet, certains pourraient hésiter à s’impliquer dans certaines problématiques, parce qu’il y a toujours un risque de sécurité lorsqu’on travaille comme défenseur des droits humains.

De quelle réalisation êtes-vous la plus fière ?

La réponse positive et la confiance que de nombreux Franciscains ont reçues au cours de ces années nous font vraiment chaud au cœur. Nous avons établi des alliances avec des dirigeants, avec d’autres organisations religieuses, ainsi qu’avec la société civile. Un bon travail d’équipe était essentiel pour améliorer la façon dont nous faisons les choses et pour nous impliquer à différents niveaux, y compris au niveau international. Par exemple, la collaboration avec les Nations unies permet de rendre visibles des situations de violations des droits humains qu’il serait plus difficile de dénoncer localement pour des raisons de sécurité. Cela génère également de la confiance des personnes et des réseaux locaux avec lesquels nous travaillons déjà, et facilite les espaces de connexion pour créer de nouveaux réseaux.

Comment voyez-vous la différence entre le travail caritatif et le travail en faveur des droits humains ? Pensez-vous qu’ils se complètent ?

L’un des principes de la Commission JPIC est la charité, que nous comprenons à trois niveaux. Tout d’abord, l’assistance, comme nourrir ceux qui ont faim, ensuite, le promotionnel, qui consiste à sensibiliser l’opinion publique, et enfin, le structurel. Si certaines personnes se consacrent principalement sur le premier niveau – ce qui est très bien – je pense qu’il est essentiel d’aller plus loin et de travailler sur les causes profondes de l’injustice. En ce sens, l’action caritative et l’action en faveur des droits humains se complètent très bien.

Pour plus d’informations, consultez notre article principal sur les Franciscains au cœur de la protection des droits humains.

Il s’agit d’une traduction automatique. Nous nous excusons pour les erreurs qui auraient pu en résulter. En cas de divergence, la version anglaise fait foi.

En septembre, le Réseau franciscain pour les migrants (FNM) s’est réuni à San Salvador pour son assemblée annuelle. Représentant les préoccupations du réseau aux Nations Unies, Franciscans International a participé à cette réunion, qui a rassemblé des animateurs et des représentants de foyers franciscains pour migrants à travers les Amériques.

La semaine a été axée sur le renforcement des capacités, le partage d’expériences et la collaboration. Ensemble, les participants ont pu analyser comparativement la situation des migrants dans leurs pays respectifs et le manque de protection des personnes en déplacement. Bien que les contextes politiques puissent varier, les problèmes auxquels les migrants sont confrontés – tels que la violence, l’insécurité, le crime organisé et la corruption – sont souvent les mêmes. Tout en faisant le point sur leurs efforts communs pour protéger les migrants en Amérique du Sud, en Amérique centrale et en Amérique du Nord, les partenaires franciscains ont également réfléchi à la manière dont leur travail peut être renforcé.

Résister à l’invisibilité des migrants

En raison de leur statut défavorisé, les migrants sont vulnérables à une multitude de violations des droits humains, y compris la traite des êtres humains, les meurtres et les disparitions forcées. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 2022 a été l’année la plus meurtrière pour les migrants dans les Amériques depuis le lancement de son projet « Migrants disparus » en 2014, avec plus de 1 400 personnes disparues ou décédées. Lorsque cela se produit, de nombreux membres de la famille restent dans l’ignorance du sort de leurs proches, car les enquêtes appropriées font encore cruellement défaut.

Au cours de la semaine, les Franciscains ont rencontré des membres du Comité des parents de migrants décédés ou disparus du Salvador (COFAMIDE), une initiative née en 2006 de parents de migrants disparus. Omar Joaquin, secrétaire général de l’organisation, a lui-même reçu une « dernière communication » de son fils avant sa disparition. Depuis, il a aidé des centaines de familles à obtenir des réponses sur leurs proches et plaide pour un renforcement des mécanismes de protection et de recherche.

Documenter la situation : un véritable défi

La réunion annuelle de 2023 a également mis l’accent sur l’importance de documenter ces violations des droits humains – un atelier relevant de la responsabilité de FI. Documenter et relier les expériences individuelles peut aider à distinguer les tendances et les dynamiques, à identifier les acteurs impliqués, et donc à constituer des dossiers plus solides pour le plaidoyer national et international. Cela permet également de construire et de maintenir une mémoire collective de ce qui arrive aux personnes en déplacement.

Avec l’aide de Margarita Nunez du Programme des affaires migratoires (PRAMI), ils ont identifié les différentes composantes de la documentation sur les droits humains et la manière dont chacune est essentielle à l’action humanitaire, judiciaire ou politique. En effet, comme il existe souvent un fossé entre les lois, les discours et les pratiques, il est essentiel de disposer d’informations précises et systématiques pour plaider en faveur du changement.

La documentation comprend également les incidents de sécurité à l’encontre des personnes qui travaillent pour soutenir et protéger les migrants. Dans un contexte de criminalisation et de menaces accrues à l’encontre des défenseurs des droits humains, Joaquin Raymundo de Protection International a rappelé aux participants que l’Assemblée générale des Nations unies avait contraint les États à protéger les défenseurs des droits humains. Cela a conduit à une discussion approfondie sur les expériences directes des participants en matière d’incidents de sécurité et sur la manière d’améliorer les capacités et les stratégies de protection afin d’atténuer ces risques.

Enfin, la semaine passée ensemble a démontré l’importance des alliances. La secrétaire exécutive de la FNM, Vianey Martinez, a déclaré : « Dans un esprit fraternel, nous avons créé un espace sûr et synodal pour élaborer avec FI un plan de travail triennal et discuter de nos prochaines étapes ». En fin de compte, cette collaboration permet aux Franciscains d’utiliser leurs compétences complémentaires, de partager les bonnes pratiques et de se soutenir mutuellement dans leur objectif commun de protéger et de sauvegarder la dignité humaine des personnes en déplacement.

Il s’agit d’une traduction automatique. Nous nous excusons pour les erreurs qui auraient pu en résulter. En cas de divergence, la version anglaise fait foi.

Le 21 septembre 2016, des hommes armés – dont certains portaient des uniformes les identifiant comme des membres de l’agence philippine de lutte contre la drogue – se sont arrêtés devant la maison d’Amelia Santos. « Je ne peux pas oublier la douleur que j’ai ressentie en me rappelant ce jour-là. C’était comme dans un film », dit-elle. Les hommes armés sont entrés dans le quartier et ont commencé à tirer. « J’ai ensuite vu mon mari allongé sur une table, le visage et le corps couverts de boue et de sang […] À ce moment-là, j’ai su que je devais être forte ». Par la suite, elle a appris que son mari avait été abattu de 28 balles. 

Il faisait partie des milliers de personnes tuées de manière extrajudiciaire dans le cadre de la brutale « guerre contre la drogue » menée aux Philippines par l’ancien président Duterte. Alors que le gouvernement admet qu’il y a environ 6 000 victimes, les organisations de la société civile ont documenté plus de 30 000 cas. Les meurtres se sont poursuivis malgré les promesses faites par une nouvelle administration qui a pris le pouvoir en 2022. Pour les victimes et leurs familles, qui appartiennent de manière disproportionnée à des communautés pauvres et marginalisées, il n’y a guère d’espoir de trouver justice auprès des tribunaux philippins. 

Ils se sont donc tournés vers les Nations unies, appelant le Conseil des droits de l’homme à soutenir les enquêtes susceptibles de déboucher sur l’obligation de rendre des comptes. Franciscans International, qui travaille en étroite collaboration avec les sœurs et les frères qui soutiennent les victimes aux Philippines, a été l’une des organisations à offrir une plateforme aux membres des familles. Ces expériences de première main sont également essentielles pour apporter un point de vue critique sur des initiatives telles que le programme conjoint des Nations unies sur les droits de l’homme, qui n’ont pas réussi jusqu’à présent à lutter efficacement contre les violations des droits de l’homme dans le pays. 

« Nous avons soif de justice. Nous vous demandons de nous aider à obtenir justice et à faire en sorte que la guerre contre la drogue ne soit pas oubliée. Votre soutien nous donnera un nouvel espoir – à nous qui luttons pour que justice soit rendue à nos proches », a déclaré Mme Santos lors d’un événement parallèle au Conseil des droits de l’homme. « Nous espérons et prions pour que vous vous joigniez à nous en nous donnant de la valeur. 

La « guerre contre la drogue » n’est qu’un des nombreux problèmes de droits de l’homme auxquels sont confrontés les Philippins. C’est pourquoi, en septembre 2022, FI s’est rendu dans le pays pour dresser une carte des défis actuels et organiser un atelier afin que les Franciscains et leurs partenaires puissent continuer à porter efficacement ces problèmes devant les Nations unies. 

Au cours de cette visite, l’une des principales préoccupations identifiées par les Franciscains était les dommages causés par des industries telles que l’exploitation minière et l’énergie géothermique. Bien qu’ils constituent ostensiblement une voie vers le développement, ces projets ont un impact dévastateur sur l’environnement. La faiblesse des réglementations et de la surveillance, combinée à la corruption, contribue à une protection insuffisante des communautés touchées. Ces projets aggravent également les effets déjà négatifs du changement climatique aux Philippines, un pays particulièrement vulnérable aux phénomènes météorologiques extrêmes.

Aujourd’hui, les Philippines sont confrontées à une situation où un nouveau gouvernement s’est engagé devant les Nations unies à améliorer le bilan du pays en matière de droits de l’homme, mais n’a pas encore tenu ses promesses. Au contraire, un climat d’impunité continue d’alimenter les violations des droits de l’homme et les attaques contre ceux qui défendent la justice. Tant que ce contexte persiste, le Conseil des droits de l’homme ne doit pas fermer les yeux sur les Philippines. Les Franciscains restent déterminés à faire en sorte que ces défis soient portés à l’attention de la communauté internationale.

Il s’agit d’une traduction automatique. Nous nous excusons pour les erreurs qui auraient pu en résulter. En cas de divergence, la version anglaise fait foi.

Le Sri Lanka est marqué par des tensions et des affrontements ethniques de longue date. Bien que la guerre civile ait pris fin en 2009, le manque de cohésion sociale et l’échec du processus de réconciliation continuent d’alimenter la violence. Pendant les célébrations de Pâques en avril 2019, une série d’attentats-suicides dans trois églises et trois hôtels a tué plus de 250 personnes1, ce qui a ravivé les tensions. La situation des droits humains s’est encore détériorée en raison d’une crise économique qui a déclenché les manifestations de masse (Aragalaya2), qui ont conduit à l’éviction du président Gothabaya Rajapaksa en 2022.  

Dans ce contexte, le père Patrick Perera s’efforce d’obtenir justice, ainsi que la responsabilisation à la suite des violations des droits humains qui ont ébranlé son pays. Nous avons discuté avec lui de l’absence de justice transitionnelle, de l’impact qu’ont eu sur lui les attentats de Pâques, ainsi que de l’appel qu’il lance à la population pour qu’elle s’unisse.  


Pouvez-vous vous présenter et expliquer quels sont les principaux problèmes de droits humains dans votre pays ?  

Je m’appelle Patrick Sujeewa Perera et je suis un prêtre travaillant pour le service de Justice, Paix et Intégrité de la Création (JPIC) au Sri Lanka. Ces dernières années, mon pays a été confronté à une grave crise des droits humains, c’est pourquoi je me suis engagé dans des activités de défense des droits de la population. Le premier problème que je vois découle des trois décennies de guerre civile qu’a connues le Sri Lanka entre 1983 et 2009. Compte tenu de l’histoire brutale du pays, de fortes tensions subsistent entre les communautés cinghalaise et tamoule. Dans le même temps, la mauvaise gestion de l’économie par le gouvernement ainsi que la corruption ont entraîné une grave pénurie de carburant et d’autres produits de première nécessité, ce qui a provoqué les manifestations dites d’Aragalaya, auxquelles nous avons participé. Le troisième problème est la fréquence croissante des événements météorologiques extrêmes tels que les sécheresses et les inondations dues au changement climatique, qui sont exacerbées par des projets non durables au nom du développement.  Enfin, les militants des droits humains font l’objet de nombreuses violences.  

 Qu’est-ce qui vous a incité à commencer ce travail et quel est le lien avec votre vocation de frère franciscain ? 

J’ai commencé comme volontaire, mais à l’époque je n’étais pas sûr de ce que je faisais. C’est lorsque j’ai été personnellement témoin des attaques de Pâques et que j’ai vu les restes des personnes à l’intérieur de l’église que j’ai ressenti un profond changement en moi. J’ai réalisé que si certaines personnes pouvaient commettre des actes aussi terribles contre l’humanité, il était de mon devoir de m’y opposer. Même si je ne m’attends pas à vivre dans un monde où il n’y a aucune injustice, en tant que franciscain, je ferai ce que je peux pour la combattre. Même aujourd’hui, lorsque je parle aux Nations unies, je me souviens de cet incident. Non seulement je prie pour les victimes, mais je fais entendre leur voix : Je pense que c’est la raison d’être de ma vocation.  

Que défendez-vous et pourquoi ? 

Nous plaidons en faveur d’une plus grande transparence et d’une plus grande prise de responsabilité du gouvernement, qui a la vie des gens ordinaires entre ses mains. C’est particulièrement important si nous voulons éliminer la corruption dans le système politique. En tant que religieux et militants pour les droits humains, il est de notre devoir de les maintenir sur la bonne voie. Ils doivent savoir que quelqu’un les observe. Je pense également qu’il est important de rappeler aux gens qu’ils ont le pouvoir de changer les choses. Le mouvement de l’Aragalaya a contribué à cela, car les gens ont compris qu’ils avaient le pouvoir de protester et de demander des comptes au gouvernement s’ils étaient unis.  

Dans le cadre de votre travail, vous êtes-vous déjà senti en danger, en particulier lorsque les autorités s’en prennent aux défenseurs des droits humains ?  

Dans le cadre de mon travail sur les attentats de Pâques, on m’a rappelé à plusieurs reprises de faire attention à mes activités, car nous exigeons du gouvernement qu’il rende des comptes et qu’il rende justice. J’ai également participé aux manifestations de l’Aragalaya, où j’ai dû faire face à des attaques au gaz lacrymogène ou à l’eau, mais ceci est assez courant. Même si jusqu’à présent, je n’ai pas reçu de menaces personnelles, je continue à prendre des précautions afin d’éviter d’être pris pour cible.  

 Quelle est la réalisation dont vous êtes le plus fier ?  

Ce dont je suis le plus fier n’est pas quelque chose d’individuel, mais quelque chose que nous avons réalisé en tant que groupe. Après les attentats du dimanche de Pâques, d’autres chefs religieux du diocèse de Colombo, comme le cardinal Malcolm Ranjith, ont demandé une enquête impartiale sur cette attaque, mais cela n’a pas été fait. Après cet échec, le cardinal a voulu porter la situation au niveau international, mais il ne disposait pas de véritables outils ou mécanismes. À cette époque, l’Église catholique sri-lankaise et lui-même se sentaient désespérés, tout comme les victimes. C’est grâce à l’aide de Franciscans International que notre travail de terrain a finalement été porté au niveau international. En tant que Franciscains, nous avons une bonne réputation et nous sommes respectés – c’est un excellent exemple de l’efficacité de l’unité d’un groupe.  

 Comment voyez-vous l’évolution du rôle des Franciscains au Sri Lanka ?   

Nous avons toujours fait du travail caritatif, mais après les attentats de Pâques, nous avons commencé à mobiliser les gens, y compris d’autres groupes franciscains. Depuis lors, nous ne nous contentons plus d’agir seuls, mais nous collaborons avec l’ensemble de la famille franciscaine, comme les Missionnaires franciscains de Marie ou les Frères capucins. Des groupes de la société civile se sont également engagés avec nous, en particulier après l’Aragayala. En outre, nous sommes désormais présents au niveau international, de sorte que si certains groupes n’ont pas nécessairement accès aux Nations unies, nous pouvons les aider en portant leurs préoccupations à ce niveau. Enfin, la prochaine étape consiste à discuter de la manière dont nous continuerons à travailler ensemble en tant que famille et à élaborer des stratégies pour défendre les droits humains. 

Il s’agit d’une traduction automatique. Nous nous excusons pour les erreurs qui auraient pu en résulter. En cas de divergence, la version anglaise fait foi.

Franciscans International est heureux d’annoncer le lancement d’un nouveau programme régional couvrant l’Europe. Nous sommes convaincus que l’élargissement de notre portée géographique  ajoutera une dimension précieuse à nos efforts aux Nations Unies pour défendre les droits humains et la dignité, promouvoir la paix et exiger la justice environnementale. Le nouveau programme complètera à la fois notre plaidoyer global et le travail déjà effectué en Afrique, dans les Amériques et en Asie-Pacifique. 
 
Les programmes régionaux de FI sont guidés par les besoins des franciscains et de nos partenaires séculiers, qui travaillent sur les questions des droits humains au niveau local et national. S’ils estiment que leur travail peut bénéficier de l’attention des Nations Unies, FI est alors en mesure de fournir l’expertise technique pour développer et mettre en œuvre une stratégie de plaidoyer durable. Au cours des dernières années, les Franciscains de toute l’Europe ont constamment exprimé leur désir de pouvoir également en bénéficier.
 
« Les violations de droits humains se produisent malheureusement partout dans le monde et l’Europe ne fait pas exception », déclare Markus Heinze OFM, directeur exécutif de FI. « Nous assistons quotidiennement à des violations commises à l’encontre des personnes migrantes et des réfugiés. Les intérêts commerciaux européens jouent un rôle essentiel dans les crises climatiques et les conflits violents qui affligent à nouveau le continent. En ces temps difficiles, je suis oarticulièrement reconnaissant que les Franciscains aient mobilisé les ressources qui leur permettront de porter à l’attention de l’ONU les violations dont ils sont témoins et qu’ils documentent en Europe. » 
 
Le poste de coordinateur du programme Europe sera occupé par Eunan McMullan OFM. En tant qu’avocat, ancien directeur des services juridiques du bureau du médiateur de la police d’Irlande du Nord et frère mineur, il apporte une expertise unique à ce poste. Frère Eunan s’en servira pour favoriser l’établissement de nouveaux liens entre les Franciscains européens et les Nations Unies et élaborer les activités de plaidoyer nécessaires. Après avoir élaboré une cartographie des partenaires et des problèmes clés dans divers pays européens, il travaillera au sein de l’équipe de plaidoyer de FI à Genève pour soulever ces préoccupations auprès des mécanismes des droits de l’homme pertinents à l’ONU.  
 
« En cette année 2023, nous, Franciscains, célébrons l’approbation de la Règle de saint François, que nous nous efforçons de suivre pour apporter la paix dans nos cœurs. De même, l’État de droit est nécessaire pour établir la paix entre les peuples et il a été bafoué en de nombreux endroits », déclare Frère Eunan. « L’objectif de ce programme est de rendre visibles les injustices qui se produisent, de promouvoir nos droits humains et de demander réparation aux organismes compétents.

Il s’agit d’une traduction automatique. Nous nous excusons pour les erreurs qui auraient pu en résulter. En cas de divergence, la version anglaise fait foi.

Les enfants nés aujourd’hui grandiront dans un monde où les anciennes certitudes ne sont plus d’actualité. L’apparition rapide des multiples crises environnementales qui ont commencé avec les générations précédentes signifie qu’ils seront confrontés à des défis profonds et uniques dans notre histoire. Pour faire face à ces problèmes, il est essentiel que les Nations unies reconnaissent l’importance de la voix des jeunes et prennent en compte les intérêts des générations futures, en particulier ceux des représentants des peuples autochtones.

De nombreux jeunes autochtones ressentent cette incertitude de manière encore plus aiguë : ils sont nés dans une situation où leur identité, leur culture, leur langue, leurs terres et leurs connaissances traditionnelles sont menacées depuis des générations et, dans certains cas, sont sur le point de disparaître. Il est donc tout à fait approprié que le thème de la Journée internationale des peuples autochtones de cette année reconnaisse les jeunes comme des agents de changement pour l’autodétermination.

Nous voyons déjà cette nouvelle génération laisser sa marque. Au Guatemala, Franciscans International soutient de jeunes militants autochtones qui ont joué un rôle de premier plan dans la préservation de leurs rivières sacrées – et donc des moyens de subsistance de leurs communautés – contre la destruction par les activités commerciales. Dans certaines communautés des Îles Salomon, les jeunes ont détourné leurs aînés de la tentation de tirer profit des contrats d’exploitation forestière, optant plutôt pour des crédits carbone afin de préserver la forêt tout en générerant des revenus. Ces efforts méritent notre soutien. Toutefois, nous ne pouvons pas nous tourner vers l’avenir sans tirer les leçons de notre passé.

Cette année marque également le 500e anniversaire de l’arrivée au Mexique des « Douze Franciscains », un premier groupe de missionnaires sollicités par Hernán Cortés. Ils ont en partie jeté les bases des sœurs et des frères qui travaillent aujourd’hui à soutenir les personnes en marge de la société, qu’il s’agisse de celles qui vivent dans l’extrême pauvreté, qui sont déplacées ou qui appartiennent à des communautés autochtones. Cependant, nous devons également reconnaître et aborder la réalité selon laquelle certains Franciscains ont participé à l’oppression et à la destruction infligées à de nombreux peuples autochtones.

Les excuses présentées par le pape François en 2022 aux Premières Nations du Canada font partie des étapes importantes de ce processus. La répudiation, au début de cette année, de la « doctrine de la découverte », est un autre symbole important de la réconciliation avec le passé: cette doctrine avait permis pendant des siècles aux explorateurs de coloniser et de revendiquer des terres au nom de leur souverain si elles n’étaient pas peuplées de chrétiens, ainsi que l’exploitation des ressources par des entités étrangères, ce qui, dans certains cas, se poursuit encore aujourd’hui. Dans cette optique, nous devons tenir compte de l’appel du pape à approcher les peuples autochtones « sur la pointe des pieds, en respectant leur histoire, leur culture et leur mode de vie », et réfléchir à la manière de remédier à ces injustices historiques qui leur ont été infligées. 

Aux Nations unies, faire partie de ce processus implique de renforcer l’autonomie des peuples autochtones et d’amplifier leurs voix, plutôt que de parler à leur place. À cette fin, FI aide les défenseurs des droits humains à s’engager dans différents mécanismes de l’ONU, par exemple pour mieux protéger leur droit au consentement préalable, libre et éclairé – un droit qui permet aux peuples autochtones de donner ou de refuser leur consentement à des projets commerciaux susceptibles de les affecter, eux, leurs terres ou leurs ressources. Récemment, nous avons également axé notre travail sur la poursuite de la mise en œuvre du droit à un environnement sain, récemment reconnu, notamment par l’utilisation des connaissances traditionnelles détenues par les peuples autochtones en tant que gardiens d’une grande partie de la biodiversité restante dans le monde.

Plus généralement, cela signifie qu’il faut ouvrir davantage les espaces de l’ONU à une participation substantielle et significative des jeunes, allant au-delà des discussions ou des nominations symboliques. Les problèmes de l’avenir sont là : les générations futures doivent jouer un rôle dans l’élaboration des solutions. Forts des leçons du passé, les jeunes autochtones peuvent en effet être les agents du changement dont nous avons besoin – il nous appartient de les servir et de les aider à remplir ce rôle.

Il s’agit d’une traduction automatique. Nous nous excusons pour les erreurs qui auraient pu en résulter. En cas de divergence, la version anglaise fait foi.

Aujourd’hui, la Coalition mondiale de la société civile, des peuples autochtones, des mouvements sociaux et des communautés locales pour la reconnaissance universelle du droit à un environnement propre, sain et durable est l’un des lauréats du prestigieux Prix des droits de l’homme des Nations unies 2023.

Franciscans International est fier d’être membre de cette coalition, qui reçoit le prix pour son rôle en faveur de la reconnaissance du droit à un environnement sain par l’Assemblée générale des Nations unies en 2022.

Le Prix des droits de l’homme des Nations unies est décerné tous les cinq ans à un maximum de cinq lauréats. Cette année, c’est la première fois qu’il est décerné à une coalition. Le prix sera remis à New York le 10 décembre, date qui marque également le 75e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Un effort collectif

Cette réalisation n’a été possible que grâce à des efforts inlassables qui ont débuté il y a plusieurs dizaines d’années et qui ont permis à des milliers de personnes du monde entier d’unir leurs forces pour franchir une étape importante : la reconnaissance par les Nations Unies du droit à un environnement propre, sain et durable. Ce prix souligne l’importance de la collaboration pour faire progresser la protection indispensable de notre planète et le respect des droits humains. Seuls, aucune organisation, aucun mouvement, aucune personne n’auraient été en mesure d’atteindre cet objectif. C’est une coalition mondiale diversifiée qui en a fait une réalité.

« La seule façon de parvenir à un environnement sain pour tous est de mener une action soutenue, continue et collective. C’est un encouragement pour nous toutes et tous que les Nations Unies aient décidé de décerner ce prix à une coalition mondiale vaste et diversifiée qui s’est retrouvée unie autour d’un objectif essentiel : préserver notre maison commune en temps de crise. La reconnaissance de ce droit – et avec elle la reconnaissance que la dignité humaine et le monde qui nous entoure sont inextricablement liés – résonne profondément avec la tradition franciscaine ».

Markus Heinze OFM
Directeur exécutif de FI

L’attribution du prix à une coalition diversifiée souligne également la nécessité de protéger les espaces participatifs pour tous. Alors que l’espace civique continue de se rétrécir dans le monde entier, les défenseurs des droits humains dans le domaine de l’environnement sont parmi les plus menacés. Ce prix nous rappelle qu’il est essentiel de respecter ceux qui travaille à mettre la protection des personnes et de la planète au premier plan de l’élaboration des politiques et de la gouvernance mondiale.

Une reconnaissance qui appelle à l’action

Cette annonce intervient quelques jours avant le 28 juillet, date anniversaire de la reconnaissance par l’Assemblée générale du droit à un environnement propre, sain et durable. Depuis lors, des millions de personnes ont continué à subir les effets cumulatifs et accélérés de la triple crise planétaire de la perte de biodiversité, du changement climatique et de la pollution. Une crise exacerbée par des inégalités systémiques et qui contribue à des violations continues du droit à un environnement sain dans le monde entier.

Ce prix souligne que les États doivent redoubler d’efforts pour faire de ce droit une réalité. Il constitue à la fois une reconnaissance et un appel à l’action pour les gouvernements, les entreprises, les institutions et les citoyens du monde entier afin que le droit à un environnement propre, sain et durable soit effectivement garanti et légalement protégé pour que toutes et tous puissent en bénéficier.

« Nous avons déjà vu certains États prendre des mesures pour mieux protéger ce droit à la suite de sa reconnaissance. Il s’agit là de signes encourageants, mais il faut aller plus loin et mener des actions résolues. Avec les membres de cette coalition et nos partenaires locaux, nous continuerons à suivre et à plaider en faveur de la mise en œuvre de ce droit. »

Marya Farah
Représentante de FI auprès des Nations Unies à New York

Il s’agit d’une traduction automatique. Nous nous excusons pour les erreurs qui auraient pu en résulter. En cas de divergence, la version anglaise fait foi.

Les Amériques sont de plus en plus vulnérables aux phénomènes météorologiques extrêmes. De longues périodes de sécheresse alternées à de fortes pluies et ouragans affectent des millions de personnes. C’est notamment le cas dans ce que l’on appelle le « couloir sec » de l’Amérique centrale, où la pénurie d’eau et l’insécurité alimentaire ont provoqué d’importants déplacements de population.  

Originaire du Salvador, Fray René Flores OFM travaille au Panama sur des questions liées à la mobilité humaine et défend les droits des personnes déplacées dans la région. Nous avons discuté avec lui de ce qui l’inspire dans son travail, ainsi que des racines de son engagement en faveur de la justice sociale.  

______________________________________

Pouvez-vous vous présenter et expliquer votre travail ?  

Je suis un frère salvadorien qui a été nommé par la province franciscaine d’Amérique centrale à la tête du bureau JPIC (Justice, Paix et Intégrité de la Création) au Panama. Je suis également membre du comité de plaidoyer du Réseau Franciscain pour les Migrants, pour lequel je travaille à la défense des droits humains et de l’environnement. Cela inclut l’accompagnement des migrants qui traversent la jungle du Darién entre la Colombie et le Panama, ou le Paso Canoas entre le Panama et le Costa Rica. Pour cela, je collabore avec le réseau Clamor, dont l’objectif est de renforcer les organisations ecclésiales d’Amérique latine et des Caraïbes qui accueillent, protègent et intègrent les personnes en situation de migration, de déplacement, ou d’asile, ainsi que les victimes de traite des êtres humains.    

Qu’est-ce qui vous a incité à commencer à travailler sur ces questions et quel est le lien avec votre vocation de frère franciscain ?  

J’ai grandi au Salvador dans les années 1980 et 1990, dans le contexte de la guerre civile. À cette époque, beaucoup ont ressenti l’appel à servir et à changer la réalité du pays, mais cela a eu un prix. De nombreux prêtres, comme Monseigneur Óscar Romero ou Cosma Spessotto, ont été assassinés pour leur engagement à aider les plus vulnérables et à appeler à la paix. Ce fut également le cas pour des frères tués durant la guerre civile au Guatemala et la révolution sandiniste au Nicaragua. J’ai donc commencé mon parcours de frère franciscain dans ce contexte troublé, ce qui m’a poussé et inspiré à m’impliquer dans la justice sociale.  

Quel est le principal défi aujourd’hui ?                                    

Un grand défi que je vois est le danger de l’apathie qui conduit à l’indifférence des gens. C’est le risque de ne pas vouloir s’impliquer ou organiser la transformation sociale parce que le système vous a déjà épuisé et que vous pensez qu’il n’y a rien à faire.   

Quelle est la réalisation dont vous êtes le plus fier et qu’est-ce qui vous inspire ?   

Le sentiment d’être avec des gens qui vont dans la direction de la transformation sociale, qui croient en Jésus-Christ et qui, en même temps, sont inspirés à travailler à une société plus juste et plus équitable. C’est le fait de marcher dans la foi qui m’inspire le plus pour continuer, et de savoir que la voie franciscaine est appropriée à ce chemin ensemble.  

Quel est votre principal objectif ?  

Renforcer les processus d’organisation et de formation des personnes avec et pour lesquelles je travaille – non seulement les paysans mais aussi l’ensemble de l’Église. Mon but est de pouvoir influencer le peuple panaméen afin qu’il s’engage avec d’autres organisations et d’autres agents pastoraux dans un processus de transformation pour une meilleure défense de la vie et de la création.  

Comment voyez-vous la différence entre le travail caritatif et le travail sur les droits humains, et comment pensez-vous qu’ils se complètent ?  

J’aime l’expression du pape François qui dit que la forme la plus haute de la charité est la politique. En effet, une bonne décision politique peut toucher et bénéficier à de nombreuses personnes. Mais le terme de « charité » ne peut généralement rester qu’un terme d’assistance et d’aide. En ce qui concerne la défense des droits humains, je considère qu’il est préférable de parler de protection de la dignité et de l’intégrité de la vie. Il s’agit de faire en sorte que chaque être humain et chaque créature vivante puisse exister dans cette maison commune, ce qui est possible grâce au travail en faveur des droits humains. 

Pour plus d’informations, consultez notre article principal sur les Franciscains au cœur de la protection des droits humains

Il s’agit d’une traduction automatique. Nous nous excusons pour les erreurs qui auraient pu en résulter. En cas de divergence, la version anglaise fait foi.